Le colloque de Toulouse (décembre 2005)

TROIS ANS D'EXPERIENCE DE LA PASSE DANS L'EPFCL. INCIDENCES DES GROUPES ANALYTIQUES SUR LA PSYCHANALYSE

Le Samedi après-midi 10 Décembre : Trois ans d'expérience de la passe à l'EPFCL

L'EPFCL s'est donnée pour principe un retour à la passe de Lacan, à sa visée, à son esprit et à ses textes fondateurs. Avec une nouvelle donne : l'internationalité transatlantique qui caractérise la composition de chaque cartel de la passe. L'expérience de la passe, dans notre Ecole, en est encore à ses premiers pas. Trois ans, c'est la prime enfance de l'expérience. Comme telle, elle est déterminante pour l'avenir. Trois cartels de la passe ont, à ce jour ( juin 2005 ), fonctionné successivement. Trois A.E. ont été nommés.
Ce colloque a été l'occasion d'entendre des témoignages de certains d'entre ceux qui ont participé à la procédure, que ce soit au titre de membre du cartel de la passe, de passeur, de passant, d'A.E. Les enjeux, pour notre communauté, sont indissolublement cliniques et épistémiques. Il s'agit de rien moins que de contribuer à faire avancer notre savoir sur la fin et les fins de l'analyse, et en tirer argument pour la formation des analystes ainsi que pour le discours analytique à venir.

Témoignages, I

- Jean-Frédéric Bouchet (membre du 2ème et 3ème cartel de la passe) : Vers une communauté d'expérience.
- Pascale Leray (passeur): L'épreuve du passeur
- Anita Izcovich (membre du 4ème cartel de la passe) : Finalités

Témoignages, II

- Mireille Scemama-Erdös (passeur): Un mot, deux passes
- Albert NGuyen (membre du 1er cartel de la passe) : La passe sinon rien


Le Dimanche matin 11 Décembre :
Incidences des groupes analytiques sur la psychanalyse

Lacan a pu espérer fonder, avec son Ecole, un lien social nettoyé d'aucune nécessité de groupe. Le fait est, pourtant, que nombreux sont aujourd'hui les groupes analytiques lacaniens, qu'ils soient associatifs ou inter-associatifs. Le fait est aussi que d'autres analystes lacaniens ont préféré faire le choix de rester hors École et sans association. Quelles incidences cela a-t-il sur la psychanalyse en intension et en extension, sur les cures, les transferts, sur la formation des analystes, tout comme sur la transmission de la psychanalyse et sa présence dans la Cité et dans le monde ? Car, même lacaniens, les analystes n'échappent pas à la logique de la psychologie collective que Freud a décrite pour les « masses artificielles avec leader » où c'est le leader qui, en assurant l'identification, noue les analystes. C'est est au point qu'on identifie souvent, de l'extérieur, tel ou tel groupe analytique par le nom de son leader, comme le groupe d'un tel.
Dans son analyse de la situation de la psychanalyse en 1956, Lacan voit dans l'IPA le modèle ecclésial d'une association ne se survivant qu'à ce que ce soit la voix d'un mort, celle de Freud, qui, comme dans le Cas de M. Valdemar trépassant sous hypnose, la soutienne. C'est pour parer à une telle organisation collective que Lacan, inspiré dès 1947 par l'expérience, en pleine guerre, de Wilfred Bion et sa théorie des petits groupes sans chef, a tenu à introduire dans son Ecole des petits groupes de travail, les cartels, que par la suite il théorisera comme borroméennement noués par une plus-une personne. Car c'est au problème de l'identification au groupe que Lacan souhaitait apporter un nouvel éclairage avec le nouage borroméen par le plus-un du symptôme.
Las ! les groupes avec meneur eurent quand même raison de l'École Freudienne de Paris. Au moment le plus crucial de la dissolution juridique de son Ecole, le 15 mars 1980, Lacan tirait cette conclusion : « Le groupe est impossible - impossible à dissoudre. Aussi n'y songé-je pas. Mais l'école n'est plus ce qui convient pour abriter cet impossible. Ce que je vais faire de nouveau, c'est toujours la même chose, bien entendu, mais autrement. »
Vingt cinq ans après la Dissolution, n'en sommes-nous pas encore là ? A devoir faire la même chose, une école de psychanalyse, mais autrement, avec le même impossible à dissoudre ?

Effets des indentifications de groupe

- Sidi Askofaré : Les groupes contre(nt) l'école
- Patrick Valas : Effets des identifications de groupe

Effets de l'École

- Bernard Nominé : Le tour dit plus
- Colette Soler : Politique d'école